My musical biography

Je commence la musique à l’âge de 7 ans en école de musique classique, (Solfège, accordéon, clarinette), et bien avant pour le plaisir.

Je me spécialise dans les instruments à percussion une dizaine d’années plus tard (batterie département jazz, percussion africaine, Afro-Cubaine) et aborde toutes sortes d’instruments primaires de méditation comme l’arc à bouche, le didgeridoo ou la guimbarde vietnamienne.

Depuis 2005 je pratique le Wa-Daiko, le tambours japonais, à partir de styles de jeux traditionnels auxquels j’ai été initié. J’évolue aujourd’hui avec mon propre style accompagné la plupart du temps de quatre autres artistes Japonais.

Je m’inspire de pratiques ancestrales liées aux arts martiaux, d’une façon qui fait de ce lien l’essence même de la discipline. Faire de la pratique d’un instrument comme le tambour un art martial en fait une philosophie à part entière. Le son et le mouvement sont intimement liés, ce qui m’amène progressivement à travailler “le tambour à usage thérapeutique” : un merveilleux outil pour puiser de l’énergie et fortifier celle qui nous est vitale.

Je crée ma compagnie “TaikoKanou” en 2007 elle se compose au total de cinq percussionnistes deux flutistes un joueur de Shamisen et deux danseurs du théâtre de Nò maîtres d’arts martiaux.

Aujourd’hui je partage mon temps entre le développement artistique de la Cie Taikokanou et le bien être par les sons, par le biais de techniques de massages sonores en mélangeant des techniques tibétaines, amérindiennes, africaines et Japonaises afin de continuer à me construire et donner naissance à une approche personnalisé du soin par les ondes vibratoires.

cette approche portera le nom de “Tamashikai” (Cercle d’âmes) une pratique utilisant différentes techniques d’approche permettant de développer en groupe l’énergie de la pensée positive, afin d’augmenter le bien être de chaque participant, faisant circuler au mieux l’énergie vitale, afin d’accéder a des états d’être malheureusement oublié pour beaucoup d’entre nous a ce jour.

Un support qui sera à même de nourrir l’esprit de chacun d’entre nous d’un apaisement total, en se nettoyant de toutes dystrophie emmagasiné depuis notre plus jeune âge !

Les outils ? seulement deux : notre corps (voix et membres), et un tambour que j’aurai moi-même confectionné en lui transmettant tout au long de ça confection, tout ce dont nous aurons besoin pour “voyager”, il sera donc uniquement destiné à cet usage. Il aura une taille permettant d’accueillir huit à douze personnes.

Vous l’aurez compris ce sera une discipline musicale entre jeu et auto-guérison.


“Aux rythmes de nos cœurs résonnent nos tambours !” Fabien Saye KANOU